jeanparapluie

jeanparapluie

Daniel Cohen n'est pas un prophète

Dans l'Obs du 16 juin, l'économiste Daniel Cohen prend la défense de sa discipline et de ses confrères sur la ligne de la réserve scientifique. Le schéma est le suivant : les économistes sont des gens sérieux et donc ne prétendent ni avoir réponse à tout, ni être capables de prédire l'avenir. Mais ils sont capables d'analyser les causes de nos maux et de proposer des remèdes. Ce ne sont pas des prophètes, mais des médecins, en quelque sorte.

Quant à lui, Daniel Cohen, qui se pose en économiste critique et hétérodoxe mais a quand même mis plus de cinquante ans pour s'apercevoir que la compétition entre individus et l'équilibre général n'étaient pas l'alpha et l'oméga des sociétés humaines, il juge sévèrement la politique de François Hollande et sait ce qu'il aurait fallu faire. Plutôt, ce n'est pas lui qui la juge,mais l'histoire (« ce président sera jugé sévèrement par l'histoire »). Il n'est pas prophète, mais il peut anticiper les jugements de l'histoire.

Et s'il n'est pas non plus donneur de leçon, il sait ce qu'aurait été « la bonne politique » :

  1. « Laisser filer transitoirement les déficits publics », et

  2. « combler ceux-ci par la suite grâce à la croissance de l'emploi que vous auriez engendré ».

Facile, non ? On se demande pourquoi cet incapable de Hollande n'y a pas pensé plus tôt ! Le journaliste de l'Obs (Pascal Riché) ose timidement une objection : « l'Union européenne interdisait le dérapage des déficits ». L'économiste Cohen a la réponse politique rapide : « C'est donc qu'on a mal négocié au début avec nos partenaires européens ». Il aurait suffi de montrer nos muscles à Angela Merkel et à Barroso puis Juncker... Hollande s'est sûrement dégonflé. Président du Conseil de Corrèze, promu de manière imprévue président de la République française, un Etat « en faillite », selon François Fillon, Premier ministre dudit Etat pendant cinq ans et qui ne savait probablement pas ce qu'il disait, il aurait été facile à Hollande, peut-être en s'appuyant sur les compétences de Daniel Cohen, de convaincre ses « partenaires européens » !

La « recette » du docteur Cohen est pourtant vieille comme le monde : tenter de relancer l'économie par la dépense publique. C'est même elle qui, depuis des dizaines d'années, a conduit la France à l'état de faillite qui est le sien. A moins donc, de faire un dogme du déficit permanent et s'accroissant sans cesse, une sorte de croissance assise sur du crédit revolving au niveau de l'Etat, la « bonne politique » de Daniel Cohen est bel et bien de la poudre aux yeux.

Non, Daniel Cohen n'est pas un prophète, c'est un docteur miracle.



18/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres