jeanparapluie

jeanparapluie

Les bonnes consciences

Bonnes consciences de gôche (et de droite !...)


Il est toujours de bon ton, malgré la maîtrise qu'on a reconnu à Hollande et au gouvernement pendant les attentats de Janvier, de railler et de critiquer la politique de François Hollande. Je ne la trouve pas irréprochable, notamment par rapport au "pacte" de responsabilité, pacte dans lequel on ne voit pas bien à quoi se serait engagé le patronat.Mais je trouve que certaines critiques sont d'une mauvaise foi révoltante.


C'est le cas pour la vente des Rafale à l'Egypte. Les bonnes âmes crient au scandale parce que le régime égyptien est une dictature militaire. Dans Le Monde, Christophe Ayad déclare "illisible" la diplomatie de Hollande, sous prétexte qu'il condamne le syrien Bachar Al Hassad et vend des armes au dictateur égyptien Abdel Fatah Al Sissi. "Pourquoi faire de l'Egyptien  Sissi notre meilleur ami au Proche-Orient et continuer de traiter  le Syrien Bachar Al-Assad en paria, alors que les deux hommes  ont, sinon autant de sang sur les mains, du moins la même rhétorique et le même logiciel ? " écrit-il, sans que cela semble le gêner de mettre dans les plateaux de la balance le sang sur les mains d'un côté, et la rhétorique de l'autre ! Le Parti communiste se réjouit des emplois sauvegardés mais se lamente qu'on arme un dictateur. Très bien, qu'ils trouvent donc une démocratie pour acheter le Rafale produit par nos ouvriers qu'il veut défendre ! Les Verts s'indignent qu'on arme quelqu'un qui fait tirer sur les manifestants. Très bien, là encore, mais croient-ils vraiment que c'est avec les Rafale que Sissi va réprimer la prochaine manifestation des Frères musulmans ?


On peut critiquer cette vente, comme toutes les ventes d'armes, parce que les armes sont faites pour tuer. On peut aussi la critiquer parce qu'elle conforte un régime répressif et autoritaire. Mais on ne peut pas, en même temps, vouloir donner du travail aux ouvriers, vouloir combattre Daech en Lybie, et exonérer Bachar Al Hassad des bombes incendiaires et chimiques déversées sur les populations civiles.


Les bonnes âmes, aussi, Mélenchon et la fille Le Pen en tête, se sont, avec raison, réjouis de la victoire de Syrisa en Grèce. Ils se la sont même un peu appropriée. On allait voir ce qu'on allait voir ! Tsipras, c'est quand même autre chose que notre capitaine de pédalo ! Le Pen le voyait déjà (comme elle quand elle "y" sera !) quitter l'Europe. Mélenchon le voyait déjà (comme lui quand il "y" sera !) tenir la dragée haute à "Madame Merkel". Las, voila qu'Alexis Tsipras, avec raison, a rappelé que "son projet respectera les règles européennes et les équilibres budgétaires" (Le Monde du 14/02/2015). Exactement ce que Hollande a toujours dit quant à sa propre politique sur l'endettement et le budget français. Mais il faut croire que ça a plus de gueule quand ça vient de Tsipras que d'un capitaine de pédalo.



16/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres